top of page

Devenir Business Angel :
7 étapes fondamentales

Business Angel, on en entend parler et les grands noms français ne manquent pas (selon le classement Challenges 2022) : Pierre-Edouard Stérin (fondateur de Smartbox et fondateur du fonds Otium), Xavier Niel (fondateur du groupe Iliad), Bruno Rousset (fondateur du courtier April), ou encore Pauline Duval (Directrice Générale du Groupe Duval) et Marc Simoncini (fondateur de Meetic). 

Mais faut-il avoir créé et revendu son entreprise à succès pour devenir Business Angel ? L’investissement en startups et, plus globalement dans l’innovation, n’est-il réservé qu’à une élite d’entrepreneurs ?

Non!

 

Chacun peut devenir Business Angel ! Il faut juste bien comprendre de quoi on parle.

Dans cet article/guide, on vous liste les étapes fondamentales à prendre en compte avant de vous lancer.

Mais avant, faisons juste un point d’éclaircissement sur ce qu’est l’investissement du Business Angel.

Business Angel, de quoi parle t-on ?

Commençons par clarifier de quel investissement on parle. En termes d’investissement, la palette des possibilités est vaste : investissement locatif, financier, épargne…

Si la définition de base du terme « investir » – au sens large - est : dépenser aujourd’hui une somme dont on espère un retour sur investissement à moyen ou long terme, alors investir en startup consiste précisément à prendre une participation minoritaire dans une société non cotée, innovante et à fort potentiel de croissance, et participer financièrement à son développement afin de réaliser une plus-value substantielle au moment de la cession de ses titres.

Comme dans tout investissement, l’investissement du Business Angel consiste donc en un apport financier en vue d’un gain ultérieur.

Qu’est-ce qui distingue alors l’investissement du Business Angel des autres investissements ?

L’activité de Business Angel s’inscrit dans le cadre très particulier du marché du capital innovation, ou capital risque, qui consiste à investir dans des sociétés en phase de création ou de lancement. Plus précisément, il s’agit de sociétés non cotées, proposant un produit ou un service innovants et présentant un fort potentiel de croissance. Toute la difficulté consiste à savoir dans quelles startups investir.

Car les porteurs de projets innovants ne manquent pas ! Et ils ont besoin de fonds pour développer leur entreprise. Pourtant, tous ne seront pas financés…

Pourquoi ?

 

Parce que dans ce marché, l’équilibre entre l’offre et la demande n’est pas déterminé par un prix qui serait fixé en fonction des caractéristiques, des fonctionnalités ou encore de la qualité d’un produit ou d’un service ; cet équilibre dépend d’une variable beaucoup plus aléatoire : les relations humaines.

Vous l’aurez compris, l’approche est complexe : imaginez un entrepreneur qui a une idée géniale et un fort besoin de financement pour la concrétiser. Après avoir fait le tour de son entourage pour récolter un premier apport financier appelé love money (auprès des parents, famille, amis…), et pompé dans ses économies pour obtenir un POC (Proof Of Concept pour évaluer la faisabilité de son projet), il est en manque de trésorerie ! Il lui faut davantage de fonds pour aller plus loin et conquérir le marché qu’il aura identifié et déjà un peu testé.

 

Peu de chances que des banques ou des fonds le suivent sur un terrain aussi glissant (même si ces derniers s’intéressent et suivent de près les startups dès qu’elles accueillent un premier investisseur à leur capital)… Personne ne sait ce que donnera le projet à une plus grande échelle que celle testée. A ce moment-là, la principale force de l’entrepreneur est la foi qu’il porte dans son projet et sa capacité à transmettre cette foi à d’autres personnes. Soutenu par une analyse pertinente de son marché, une équipe d’associés ou de collaborateurs qu’il aura commencé à constituer, et quelques chiffres financiers, l’entrepreneur devra convaincre et embarquer avec lui des investisseurs dans son aventure entrepreneuriale, sans garantie aucune de réussite. Tout se joue alors dans le pitch et les divers échanges qu’il aura avec ces financeurs : autrement dit, tout se joue dans la relation, le contact et la dimension humaine de l’échange et de l’interaction.

Et il se trouve que les Business Angels ont de l’appétence pour ce type de projets qui les entraînent vers des domaines innovants, laissant entrevoir une solution (technologique de préférence mais pas seulement) à un problème existant, et la perspective d’une plus-value après quelques années de croissance.

Les Business Angels interviennent précisément à ce moment crucial où l’entrepreneur a besoin de lancer son idée mais ne dispose pas de suffisamment de garantie de réussite pour fédérer autour de lui des financeurs institutionnels. Ils viennent précisément combler une brèche avérée du marché du capital innovation.

L’activité de Business Angel ne se limite toutefois pas seulement à financer des rêves entrepreneuriaux : c’est tout un engagement bien plus complexe, passionnant et enrichissant – dans tous les sens de ce terme – qui dure plusieurs années.

Voyons cela en détail plus bas.

Les 7 étapes pour devenir Business Angel

1. Faire le point sur ses finances et son patrimoine

Au départ, il y a le sujet du patrimoine. Tout investisseur doit évidemment disposer de fonds propres disponibles pour investir : ainsi, un Business Angel est une personne physique qui investit en son nom propre, ou éventuellement via une holding, une partie de la trésorerie dont il dispose.

Le montant à investir est variable, allant de quelques milliers d’euros à plusieurs centaines de milliers. Sur ce point, tous les profils peuvent trouver leur place. Inutile d’être multimillionnaire !

Marie-Catherine Boinay, Business Angel et Vice-Présidente d’Investessor a ainsi organisé son enveloppe d’investissement : « Je me suis fixé une enveloppe d’investissement à répartir sur 5 participations pour ma première année d’activité. J’estime que cela permet d’assurer un suivi dans le temps. »

En pratique

Fiixez-vous une enveloppe totale dédiée à vos investissements dans des startups et répartissez-la sur 3 à 5 ans dans un nombre important de startups. La multiplication des lignes d’investissement permet de diversifier son risque. Ne pas oublier de conserver une partie de cette enveloppe pour les investissements de suivi dans les startups (celles qui auront besoin de se refinancer avant une levée plus importante auprès de nouveaux investisseurs).

2. Evaluer son appétence au risque

La notion de risque est au cœur de l’activité de Business Angel. On peut disposer d’un patrimoine et d’une trésorerie conséquents, sans une certaine appétence au risque, mieux vaut de ne pas se laisser tenter par l’aventure Business Angel. Par définition, l’investissement dans le capital innovation est risqué. L’entrepreneur pense avoir la meilleure idée du siècle mais rien de dit qu’elle décollera et tiendra ses promesses de prospérité et de croissance. En d’autres termes : en investissant dans une startup, il faut être prêt à perdre sa mise.

Jeaninne Duclos Sikorzynski, Business Angel Investessor, en parle sans tabou : « Il faut avoir envie d’être Business Angel. L’activité présente un risque certain et important, il ne faut donc pas investir des fonds dont on a besoin. » Marie-Catherine Boinay rajoute : « En investissant là où les banques ou les fonds se montrent frileux car le risque est important, être Business Angel me donne le sentiment de contribuer modestement au développement économique de la société, à la « Startup nation ».

Il est en effet couramment conseillé de ne pas investir de l’argent dont on a – ou pourrait avoir – besoin car 1/ l’intégralité du montant peut être perdu et 2/ même en cas de succès, celui-ci ne se ferait qu’après plusieurs années, donc mieux vaut ne pas compter dessus à court terme.

En pratique

 

Posez vous clairement la question de votre appétence au risque : Business Angel, est-ce vraiment pour vous ?

3. Plutôt Business ou plutôt Angel ?

L’activité de Business Angel a une double dimension : le Business d’un côté, l’Angel de l’autre.

Business, c’est l’investissement financier, le suivi de la croissance et du développement de la société et garder en ligne de mire la plus-value à la sortie du capital.

Angel, c’est l’investissement en temps, c’est être présent auprès de l’entrepreneur pour l’aider, le conseiller, l’aiguiller quand il en a besoin, c’est partager son réseau quand cela est pertinent et possible, c’est faire parler son expérience professionnelle et personnelle pour en faire bénéficier le porteur de projet.

Marie-Anne Aymerich, Business Angel Investessor, le résume ainsi : « Comme le terme même de Business Angel l’indique, on combine à la fois la dimension Business avec la création de valeur, la compétitivité et la rentabilité ; mais aussi la dimension Angel qui se traduit par la bienveillance et l’accompagnement. »

Concrètement, cela se traduit par le fait de trouver le juste équilibre entre d’une part un rôle d’actionnaire qui a des attentes de croissance et d’autre part un rôle d’associé qui contribue à la gestion de la société.

Alain Ilhe, Business Angel et Mentor dans l’accélérateur WeRaiseStartup, explique comment mettre en pratique cette distinction : « Dans la mesure où l’on s’adresse à des entrepreneurs, il est important d’avoir un esprit entrepreneur, et non investisseur. Quand on investit en amorçage, il faut rester concentré sur la réussite de la société, avant de penser à son investissement. C’est un facteur important car il permet de s’aligner avec les fondateurs et leur façon de penser. La seule exception concerne les moments où il faut prendre des décisions possiblement dommageables pour les actionnaires. »

En pratique

 

Si vous souhaitez aller plus loin que le seul apport financier, vous pourrez être présent auprès de l’entrepreneur et l’accompagner dans le développement et la croissance de sa société, le tout en toute bienveillance.

4. Trouver des startups à financer

Vous avez coché les cases des trois étapes précédentes ? Parfait !

 

Maintenant, il faut trouver des startups à financer.

Les occasions ne manquent pas de découvrir des projets de startups et de rencontrer des entrepreneurs. D’une simple session de pitchs à un salon international, tout au long de l’année, des événements sont organisés dans le seul but de provoquer des rencontres entre Business Angels et entrepreneurs.

Mais l’aventure peut s’avérer décourageante car très prenante en termes de temps…

Beaucoup des membres de notre association ont été initiés à l’investissement en startups à travers leur réseau : tout a commencé par un ami, ou l’ami d’un ami, ou encore un membre de la famille qui lançait son entreprise innovante et cherchait ses premiers fonds. En prenant goût à l’activité de Business Angel, ces membres ont alors cherché à formaliser cette démarche en approchant un réseau de Business Angels.

En effet, l’avantage d’une association telle qu’Investessor est qu’elle offre un cadre avec des process et une méthodologie. Inutile de courir les incubateurs ou les grandes écoles en quête de la prochaine licorne, l’association se charge d’alimenter un dealflow régulier de startups. En qualité de membres, vous pouvez évidemment y contribuer en assistant aux sessions de pitch auxquelles vous êtes naturellement invité, mais rien ne vous y oblige et vous pouvez directement prendre connaissance des startups retenues pour un financement.

Xavier Langlois d’Estaintot, Business Angel Investessor, en parle bien : « Quand on dispose de peu de temps, être Business Angel en dehors d’une organisation est chose quasi impossible, car cela demande beaucoup de temps et d’implication pour sélectionner les startups. Investessor structure et professionnalise l’activité de Business Angel et dès lors qu’on sait combien on peut investir, cela devient beaucoup plus facile de concrétiser ses investissements. »

L’autre avantage non négligeable d’évoluer au sein d’un réseau est de bénéficier de l’intelligence collective, c’est-à-dire de l’expérience et de l’expertise de l’ensemble de ses membres. L’intelligence collective offre ainsi des opportunités intéressantes d’investissement, vers des secteurs d’activité qui ne seraient pas envisagés autrement. Par ses remarques et ses questions, chacun contribue à la bonne compréhension d’un dossier et alimente les échanges autour de cette startup, facilitant par la même occasion la décision d’investir ou non.

 

Frédéric Truchot, Business Angel et Vice-Président Investessor, ajoute : « Le Réseau permet de réduire les risques liés à l’investissement car, au sein d’un réseau, il est plus facile d’investir des petits tickets et de diversifier ses investissements qu’en tant qu’indépendant. »

En pratique

 

Tenez-vous informé des actualités et événements dédiés aux startups autour de vous. Si cela s’avère trop chronophage, pensez à rejoindre un réseau comme Investessor qui prend en charge la recherche des startups, l’organisation de sessions de pitchs, la supervision des instructions de dossiers, le closing et l’ensemble du processus d’investissement (pacte d’actionnaires, bulletins de souscription…).

5. Identifier ses critères de sélection et les prioriser

Lors d’un pitch, que celui-ci dure 3 minutes ou 15 minutes, un entrepreneur vous bombardera d’informations et cherchera toujours à vous en dire plus sur son projet d’entreprise innovante. Son discours, les chiffres qu’il avance et surtout son enthousiasme sauront vous convaincre que son innovation est la prochaine révolution disruptive.

 

Pour cette raison, vous devez rapidement construire votre propre grille d’analyse, afin de ne pas vous perdre parmi la multitude de sollicitations d’entrepreneurs ambitieux.

 

L’objectif est simple : savoir ce que vous souhaitez financer.

 

Il est communément admis par les Business Angels que l’équipe est le critère numéro 1 pour sélectionner un projet à financer : mieux vaut un projet moyen porté par une équipe forte, qu’un projet fort porté par une équipe moyenne.

 

Pourquoi cela ?

 

Parce qu’une équipe compétente saura rebondir et éventuellement envisager un pivot pour son projet si besoin. Vous noterez qu’il n’est ici plus question d’entrepreneur, mais bien d’équipe, car le sujet est la complémentarité des compétences. Un Business Angel sera plus facilement convaincu – et rassuré – s’il a devant lui une équipe de deux - ou plus - fondateurs aux profils différents mais qui se complètent afin de couvrir un maximum des domaines de la gestion d’une société.

A cela, s’ajoutent évidemment d’autres critères qui viennent orienter la décision d’investissement. Chaque Business Angel cible les aspects sur lesquels il va porter davantage son attention : cela peut être le marché (est-il particulièrement porteur ?), la nature du projet même (est-il à impact ?), la concurrence (quelles barrières à l’entrée ?) ou encore les chiffres financiers à date.

Laurent Bracco, Business Angel Investessor, partage ses critères d’investissement et la difficulté à se positionner parfois : « L’équipe est le premier critère que je prends en compte. Je ne recherche pas un profil de fondateur particulier, c’est davantage un ressenti global sur l’équipe. Néanmoins, la complémentarité entre les différents membres de l’équipe est primordiale. Mon deuxième critère est l’innovation, qu’elle soit scientifique, technique ou de service.

Il peut exister un effet « suiveur » lors de la sélection de certains projets. Plusieurs Business Angels peuvent être enthousiasmés par un même projet ou, au contraire, rejeter unanimement un projet. La qualité des Business Angels concernés ou encore le fait que les intentions croissent rapidement, peuvent influencer une décision. Je crois que c’est l’intelligence collective qui s’exprime là et qui fait que l’on va prendre en compte l’opinion des autres investisseurs. »

 

Dans la mesure où il est impossible de prendre en compte tous les paramètres, il est important d’identifier ceux qui sont importants pour vous et qui vous aident dans votre choix.

Marie-Anne Aymerich (déjà citée) s’est fixé deux critères précis : « La startup doit avoir un impact positif, qu’il soit environnemental ou sociétal (…)  et l’équipe doit comporter au moins une femme (…). »

En pratique

 

Réfléchissez à ce qui est important pour vous dans votre décision d’investissement. Au-delà de l’idée innovante, qu’est-ce qui vous fait croire que la startup pourra réussir ?

6. Faire la due diligence et investir... ou non

Vous venez de rencontrer un porteur de projet innovant qui vous a convaincu de vous intéresser à son projet. Il semble savoir de quoi il parle, le projet vous interpelle - car il fait peut-être écho à un domaine que vous connaissez - et son associé et lui ont des compétences qui se complètent bien pour gérer la société. Votre attention est titillée et vous commencez à sentir qu’il y a sans doute quelque chose pour vous avec cette équipe qui remplit tous vos critères de sélection.

Le temps est venu d’aller un peu plus loin : c’est la due diligence. Cette étape consiste à prendre le temps de creuser le projet entrepreneurial et d’aller voir, dans le détail, de quoi il retourne.

La due diligence est une étape structurée, qui repose sur des outils et des méthodes pour étudier et analyser les startups. Il s’agit aussi bien d’en savoir plus sur l’entreprise (business model, business plan, brevets, finances, RH…) que sur les fondateurs et là, tout est passé au peigne fin : la relation entre les fondateurs, les situations personnelles de chacun, les parcours professionnel et leur implication dans la société (sont-ils à 100% sur le sujet ou encore salariés ailleurs ?)…

Investessor a élaboré un processus comprenant deux étapes de due-diligence : l’instruction et le closing. Chacune intervient à un moment différent de la sélection et selon des modalités qui lui sont propres.

Commençons par l’instruction.

L’instruction d’un dossier intervient après que la startup a été retenue lors d’une session de pitchs réunissant jusqu’à 6 startups tous les 15 jours : cette étape est l’Elevator Pitch. En Elevator Pitch, l’entrepreneur est invité à pitcher pendant 5 minutes puis à répondre aux questions des Business Angels pendant encore 5 minutes. A l’issue de ces 10 minutes, les Business Angels se prononcent en faveur ou non du dossier. Le vote repose sur 2 critères : l’équipe et le projet. Cela peut sembler léger, voire insuffisant, mais comme le nom même du process l’indique - Elevator Pitch – il s’agit d’accrocher l’intérêt d’un investisseur en très peu de temps.

L’instruction qui s’ensuit concerne les projets qui auront été sélectionnés. Cela consiste en un à deux rendez-vous au cours desquels les entrepreneurs détaillent davantage leur société à, généralement, deux Business Angels qui se sont portés volontaires pour faire l’instruction. Les Business Angels Investessor disposent d’outils et de supports pour les aider dans leur analyse. Leur objectif principal à ce stade est d’identifier les potentiels points bloquants, qui pourraient freiner, ou stopper, une levée de fonds ultérieure avec les autres membres de l’association.

Si un ou plusieurs points bloquants sont relevés, les Business Angels en discutent avec les entrepreneurs qui peuvent – ou pas – les prendre en considération.

Si au contraire le projet est sérieux, abouti et remplit les critères de sélection, les Business Angels valident le dossier, ce qui consiste à soutenir la startup dans la suite de son process.

Même en cas de refus, l’aventure ne s’arrête pas forcément. Dans certains cas, les Business Angels ayant assuré l’instruction peuvent continuer à accompagner les entrepreneurs, justement sur les points bloquants. Il est déjà arrivé que certaines startups réintégrent ainsi, après quelques temps, le dealflow Investessor.

Vient ensuite le closing.

Le closing est la deuxième due-diligence du process Investessor, qui intervient après l’instruction. A l’issue d’une instruction positive, la startup participe à un Roadshow : il s’agit d’une nouvelle session de pitch, de 15 minutes, suivie de 15 minutes de questions/réponses. Cette étape, plus resserrée puisqu’elle réunit jusqu’à 4 startups une fois par mois, est le rendez-vous phare de l’association Investessor. En effet, seules les startups ayant réussi leur instruction sont présentées en Roadshow : il s’agit donc de startups ayant déjà passé une première étape de sélection et qui ont été « approuvées » par leurs Business Angels instructeurs.

A l’issue de la session de pitch, deux réunions sont organisées : une première réunion pour parler de l’équipe et une seconde réunion pour aborder les sujets directement liés à la société (business model, business plan, finances…). En parallèle, la startup bénéficie d’une campagne de communication accrue auprès de l’ensemble des membres de l’association. Lors de l’étape du closing, plusieurs documents sont élaborés et transmis aux Business Angels afin qu’ils puissent suivre le process et prendre connaissance de tous les aspects du closing : comptes-rendus de réunion, dossier investisseur…

Frédéric Truchot, Business Angel et Vice-Président Investessor, parle ainsi du closing : « Les réunions de closing sont l’occasion de confronter ses opinions, ses questions et ses doutes à ceux des autres Business Angels et, ainsi, de bénéficier de l’intelligence collective. J’ai tendance à m’enthousiasmer facilement et les feedbacks des autres Business Angels m’aident à prendre du recul. »

A ce stade, il ne s’agit plus seulement de convaincre de la pertinence du projet, mais bien de convaincre de la pertinence d’y investir. L’étape du closing comprend également la négociation du pacte d’actionnaires qui encadre les relations entre Business Angels et fondateurs. C’est à l’issue de la phase de closing que la levée de fonds est clôturée.

 

En pratique

 

Suivez de près – ou mieux encore, impliquez-vous ! – dans ces étapes de due-diligence qui aident véritablement à se faire une idée de ce que vaut la startup et surtout, son équipe fondatrice. Vous aurez alors plus de facilité à vous positionner comme investisseur.   

7. Suivre son investissement jusqu'à sa sortie du capital

Voilà votre premier investissement en startup finalisé ! Vous êtes à présent actionnaire minoritaire d’une société.

 

Deux profils d’investisseurs se distinguent à compter de ce moment :

  • L’investisseur passif ;

  • L’investisseur actif.

L’investisseur passif est celui qui va suivre son investissement et l’évolution de la société à travers les divers comptes-rendus ou grâce à la plateforme WeLikeStartup mise à la disposition des Business Angels Investessor. Il pourra interagir avec les entrepreneurs, notamment grâce au module de messagerie disponible sur la plateforme, mais il interviendra peu jusqu’à la sortie du capital.

L’investisseur actif est celui qui va continuer de s’impliquer dans la société. Il va se montrer présent auprès des fondateurs et de leur équipe pour conseiller, guider, provoquer des rencontres avec des personnes clés de son réseau, et mettre en œuvre tout ce qu’il pourra pour aider à la croissance de la société.

Parmi ces investisseurs actifs, se trouve le Chargé de Participation qui est un investisseur représentant des autres Business Angels. Il siège au Comité Stratégique qui réunit divers représentants d’investisseurs et les fondateurs. Organe de gouvernance dont le fonctionnement est régi par le Pacte d’Actionnaires, le Comité Stratégique a pour principal objectif de définir la stratégie de la  startup en lien avec ses fondateurs et les accompagner dans le développement de leur startup. Le Chargé de Participation est un Business Angel qui s’est proposé pour assurer l’accompagnement, souvent parce qu’il a déjà suivi le dossier lors des due-diligences précédentes.

Dans la volonté de structurer et professionnaliser ce rôle de Chargé de Participation, les membres d’Investessor ont décidé de rémunérer leur représentant par un intéressement perçu de la part des autres Business Angels investisseurs au moment de la sortie du capital, si celle-ci donne lieu à plus- value.

Enfin, la sortie : tout un sujet en soi !

 

Le Business Angel n’a pas vocation à rester indéfiniment actionnaire dans une startup, mais de lui permettre d’atteindre un stade de développement qui la rende attrayante aux yeux d’investisseurs aux capacités de financement plus important (fonds autres que d’amorçage, industriels du secteur…). Après 3 à 7 ans, le sujet de la sortie du capital se pose. Celui-ci est d’ailleurs prévu dans le Pacte d’Actionnaires. Les occasions de sortie sont variables : rachat par un industriel, rachat des parts par les fondateurs, entrée d’un fonds… et dépendent de la situation économique de la startup. Parmi les occasions de sortie, il y a malheureusement également l’échec de la startup qui implique une perte du capital investi (comme expliqué à l’étape 2).

Après la théorie, la pratique !

Et si vous deveniez Business Angel ?

L’association Investessor s’adresse à toutes les personnes intéressées par l’investissement en startup, qu’elles aient déjà ou non investi. Des sessions de formation sont organisées, dans le cadre d’un cycle complet qui aborde tous les domaines de l’investissement en startup, afin de vous donner toutes les cartes pour organiser au mieux vos investissements.

 

L’association réunit près 200 membres et valorise la convivialité, les échanges et l’intelligence collective pour que vous ne soyez pas seul dans votre aventure d’investisseur.

 

« L’intérêt d’être Business Angel au sein d’un Réseau est précisément de pouvoir s’appuyer sur les expertises des autres investisseurs pour prendre des participations dans des domaines d’activité qui sortent du cadre de ses compétences propres. » - Anthony Poyac, Business Angel Investessor.

Rejoignez Investessor ! 

Investessor organise régulièrement de nombreux événements ouverts à toutes les personnes intéressées par l'investissement dans des startups et désireuses de s'initier à l'investissement dans le capital risque.

Participer sans engagement et gratuitement à l'un de nos pitchs de startups est le meilleur moyen de découvrir notre réseau et l'activité de Business Angels. Ensuite, on se parle.

Rencontrons nous !

bottom of page